• A notre ami Pierry

    pierry

    Chers Amis, Chers Camarades,

    C’est avec une immense tristesse qu’il me revient de vous informer du décès de notre cher Pierre ce matin à Tulle.

    Pierre était un humaniste, un militant de gauche fidèle à ses convictions, qui s’était engagé en politique avant tout pour la solidarité et la justice sociale.

    Conseiller municipal de Tulle de 1977 à 2008, Conseiller général du canton de Tulle urbain nord de 2001 à 2015, il avait également exercé des responsabilités dans diverses associations à caractère social et caritatif.

    Très impliqué dans la vie de notre fédération depuis toujours, il avait occupé plus récemment, en sage qu’il était, les fonctions de Président de la commission des conflits.

    Il y a quelques jours encore, il était parmi nous, dans cette fédération qu’il aimait tant, pour transmettre aux nouveaux adhérents l’histoire de notre parti en Corrèze.

    Au revoir Pierre.

    Rien ne sera plus pareil sans toi.

    Karim MAATOUG

    Premier Secrétaire Fédéral

  • PROJET DE LOI « TRAVAIL »

    En présentant hier un texte corrigé pour le projet de loi « Travail », le Gouvernement a montré son attachement à la concertation, à l’écoute des syndicats et de la majorité parlementaire. Je salue un projet de loi équilibré entre protection des travailleurs et sécurisation de l’activité des entreprises, le Gouvernement ayant engagé durant les deux dernières semaines une véritable concertation avec l’ensemble des acteurs de la démocratie sociale.

    Les socialistes se félicitent tout particulièrement du renforcement du « compte personnel d’activité ». En plaçant ce « compte personnel d’activité » au cœur de la loi, en développant le capital formation des travailleurs non qualifiés et en généralisant la garantie jeune, le Gouvernement crée un véritable droit à une nouvelle chance. Il s’agit là, sans nul doute, de la réforme majeure de la dernière année du quinquennat. Le Gouvernement répond ainsi à la demande des socialistes qui l’avaient défini, lors du congrès de Poitiers, comme la grande réforme à réaliser par l’exécutif.

    D’autres points inclus dans le projet de loi démontrent la réussite de la concertation engagée. Parmi ceux-ci, on peut citer la fin d’un barème prud’homale obligatoire et la mise en place du mandatement syndical pour la négociation dans les entreprises ne bénéficiant pas de la présence de partenaires sociaux en leur sein.

    Le travail parlementaire doit maintenant être engagé, afin que cette nouvelle loi donne plus de droits et plus de protections aux salariés, qui en ont tant besoin.

    Karim Maatoug
    Premier Secrétaire Fédéral

  • COMMUNIQUÉ DE PRESSE

    Suppression de postes dans la fonction publique :

    la nouvelle course au chiffre du parti « Les Républicains »

     

     

    Non content d’avoir supprimé 150 000 postes dans la fonction publique entre 2007 et 2012, voilà que Nicolas Sarkozy propose aujourd’hui d’en détruire le double !

    La première salve avait déjà profondément abîmé l’école de la République, en nous privant des talents de 80 000 enseignants. Elle avait déjà fortement réduit la capacité d’action de nos forces de sécurité en nous privant des compétences de 13 000 gendarmes et policiers.
    La course au chiffre de suppression de postes qu’il nous promet aujourd’hui, menace tout simplement de détruire le service public.
    Car 300 000 postes supprimés, c’est un tiers d’enseignants et d’éducateurs en moins. 300 000 postes supprimés, c’est un quart de médecins, d’infirmiers et d’aides-soignants en moins dans nos hôpitaux. Lequel de ces deux services publics Nicolas Sarkozy choisira-t-il de saborder, pour espérer atteindre ses objectifs ?
    Voilà une droite lancée dans une nouvelle course au chiffre dont les services publics, et donc les Français, seront les premières victimes.


    Karim MAATOUG

    Premier Secrétaire fédéral

  • ATTENTATS DE PARIS

    La France est de nouveau frappée par l’horreur.

    Aucun mot ne suffit à exprimer l’émotion du Parti socialiste, et de l’ensemble des Français, dans ce moment dramatique.

    Nos pensées sont tournées vers les victimes, leurs familles et vers tous nos concitoyens. C’est notre communauté nationale, c’est la République, c’est la France qui est la cible de ces actes terroristes.

    Les socialistes s’associent au message fort délivré par le Président de la République, et aux décisions prises pour répondre à ces attaques.

    A notre tour, nous appelons à l’unité et renouvelons notre pleine confiance dans l’engagement des forces de sécurité pour faire face à ces événements.

  • ALAIN ROUSSET A MALEMORT : « LE POUVOIR SERA PLUS PROCHE »

    Réunion Malemort Rousset

    « L’Aquitaine est la seule région de France où le nombre d’emplois industriels n’a pas diminué depuis dix ans, malgré la crise. Parce que la Région apporte un soutien systématique aux entreprises qui bougent et qui innovent, aux PME, aux TPE et aux artisans, parce que ce sont ces entreprises qui créent de l’emploi et non les grands groupes. (…) Cette nouvelle Région va profiter à la Corrèze, sur le plan de l’emploi notamment », a souligné Alain Rousset vendredi dernier à Malemort, où il a animé une réunion publique en vue des élections régionales des 6 et 13 décembre devant plus de 150 personnes.

    « Notre modèle social ne dépend que de notre capacité à créer des entreprises et des emplois », a-t-il expliqué. « C’est l’activité économique qui permet de payer nos écoles, nos lycées, notre système de santé, nos services publics… »

    En présence de Philippe Nauche, tête de liste pour la Corrèze, des candidats corréziens et du président de la Région Limousin, Gérard Vandenbroucke, le chef de file des socialistes et des radicaux de gauche pour la nouvelle Région Aquitaine – Limousin – Poitou-Charentes a abordé quelques volets de son programme en répondant aux questions du public.

    Evoquant les « 150.000 jeunes qui sortent chaque année du système scolaire sans diplôme », Alain Rousset a insisté sur sa volonté de « prévenir l’échec scolaire : nous allons essayer de diviser par deux le nombre de jeunes sans diplôme et qui seront donc au chômage à la sortie du lycée. Il n’y a pas de fatalité ! » Il a fait remarquer qu’un tel objectif avait été atteint au Québec grâce à un dispositif qui a déjà été mis en place en Aquitaine et qui consiste à constituer des équipes de professeurs chargées d’aider les élèves en difficulté.

    « Je ne promets pas le bonheur, je ne sais pas faire de miracles, mais je sais qu’on peut progresser ! » a assuré Alain Rousset. Il a dénoncé au passage « les discours de dénigrement, les discours faits de mensonges » que tiennent les leaders de droite : « ça ne fait qu’aider le Front national ».

    Interrogé sur ses propositions pour la culture, il a répondu : « Nous allons sanctuariser les crédits de la culture », même s' »il faudra des critères et une stratégie ».

    Il a par ailleurs exposé sa conception de la gouvernance de la future Région : « Il y aura 15 vice-présidents », qui seront choisis en fonction de « trois critères : la compétence, l’expérience et la connaissance territoriale, la confiance ». Il a précisé qu’une « représentation équilibrée » des territoires de la grande Région devra être assurée.

    En outre, il y aura une forme de « secrétaire d’Etat chargé de chaque territoire » de la nouvelle Région ; ces élus  » sans délégation particulière » serviront de « relais », de « liens humains et institutionnels », un peu comme les « référents » qui existent en Poitou-Charentes, a annoncé Alain Rousset.

    Ainsi, « la Région va s’agrandir, mais le pouvoir sera plus proche », a-t-il dit. Des territoires seront « à dessiner » à l’intérieur de cette grande Région ; ils pourraient correspondre aux départements ou à des bassins de vie. « Nous allons conclure des contrats » avec eux et ce sera « à ces territoires de nous donner leurs priorités ».

    En tout cas, « je ne veux pas, dans cette grande région, le début du commencement du moindre sectarisme politique, a-t-il souligné. Sinon, ça signifie qu’on a peur et qu’on n’est pas compétent ».

    De son côté, Gérard Vandenbroucke, qui a rappelé le bilan de la Région Limousin, a fait observer: « Nous sommes une petite Région, nous avons de petits moyens. Demain, avec l’Aquitaine et Poitou-Charentes, nous aurons les moyens d’une grande Région ».

     

Social Widgets powered by AB-WebLog.com.