Une quarantaine de militants et sympathisants socialistes du midi-corrézien se sont retrouvés à Beaulieu-sur-Dordogne vendredi 26 octobre 2018 pour une soirée de réflexion et d’échanges sur l’Europe en présence de Karine Gloanec Maurin, Députée Européenne (depuis juin 2018 en succédant à Jean-Paul Denanot) et de Paul Roche, Premier secrétaire fédéral du Parti socialiste en Corrèze.

Karine Gloanec Maurin, députée européenne, s’exprime devant les militants réunis à Beaulieu

Cette réunion politique s’est déroulée en trois temps. Jacques Descargues, secrétaire de la section de Beaulieu, est d’abord intervenu sur l’histoire du socialisme et du Parti Socialiste en Corrèze, une occasion de réfléchir aux circonstances historiques et aux valeurs portées par les habitants qui ont forgé la sociologie électorale de la Corrèze. Depuis une centaine d’années, ces engagements au service des plus modestes ont été animés par les radicaux les communistes les socialistes et les progressistes de gauche, selon des configurations variées en fonctions des contextes politiques variables. L’analyse du passé illustre la relativité de la faiblesse conjoncturelle du socialisme en Corrèze. Elle incite surtout à approfondir les réflexions sur l’adaptation des projets politiques aux attentes concrètes des populations confrontées aux bouleversements du monde. Les socialistes de Corrèze ont engagé ce travail nécessaire a confirmé Paul Roche.

Dans un deuxième temps, Bertrand Rivière, secrétaire de la section de Meyssac, a introduit la prise de la parole de la députée européenne revenant sur les étapes principales de la construction européenne.

La députée européenne Karine Gloanec Maurin s’est ensuite centrée sur les grands défis auxquels est confrontée l’Union Européenne – climatique, migratoire, justice fiscale et sociale – et les solutions portées par le groupe Social et Démocrate au Parlement européen qui passent par davantage de solidarité et un budget pour l’Union plus important qui devrait reposer davantage sur de nouvelles ressources propres (taxation des géants du numérique, des entreprises polluantes, des transactions financières…) et non sur les contributions des États. Elle a également insisté sur le soutien concret de l’Union Européenne à la vie des territoires et de leurs populations

En effet, plus tôt dans la journée, la députée européenne était allée à la rencontre des acteurs de cette partie du territoire corrézien : à Sothys, modèle de développement durable, implantée délibérément en milieu très rural par la famille Mas et chez le facteur d’orgues Bertrand Cattiaux installé dans le village de Liourdres dont le savoir-faire est recherché dans le monde entier. Karine Gloanec Maurin a également visité la station de production d’eau potable qui dessert 40 communes autour de Beaulieu-sur-Dordogne, un équipement responsable écologiquement et structurant pour tout un bassin de vie. Elle a terminé cette séquence par la découverte du village de vacances la Riviera Limousine qui a bénéficié pour sa rénovation de fonds FEDER européens. Elle a aussi pu constater le déploiement en cours des infrastructures numériques. Sans la contribution de l’Europe ces projets auraient été difficilement réalisables.

Le pot de l’amitié qui a suivi ces débats a permis de prolonger très agréablement cette soirée réconfortante et utile.

Contact

Nous envoyer un message

En cours d’envoi

©2018 Fédération de la Corrèze du Parti Socialiste

Social Widgets powered by AB-WebLog.com.

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?