INTERVIEW : Claude Trémouille, conseiller régional du Limousin dresse un réquisitoire sans appel sur l’adoption aux forceps au Parlement d’un texte très favorables aux Semenciers.

Claude Trémouille vice-président : la démission de Martine Leclerc de son mandat régional devrait entraîner le glissement de la vice-présidence corrézienne au conseiller régional chargé de l’agriculture, ce secteur prenant ainsi du poids dans l’ordre des priorités régionales.

A l’occasion de l’adoption du texte sur les OGM, le masque est tombé : la loi est en contradiction absolue avec les engagements du “Grenelle de l’environnement”, ce qui prouve bien que c’était avant tout une opération de communication…
Cette loi laisse en effet le choix à chaque agriculteur et chaque consommateur de cultiver ou de consommer des productions des OGM. Seules contraintes pour l’agriculteur : demander des autorisations afin de cibler les cultures OGM et s’assurer pour dédommager – éventuellement – les producteurs bio et labellisés dont la parcelle aurait été contaminée par des OGM. Mais la loi ne prévoit pas de périmètre de sécurité et il n’est nullement question d’appliquer le principe de pollueur payeur…

 Pour la Droite, “OGM” signifie avant tout “Obéissance au Groupe Monsanto”.

La loi prévoit même que les Parcs Naturels Régionaux auront la possibilité de se déclarer “zone sans OGM” à condition que les agriculteurs du territoire concernés l’acceptent à l’unanimité… Comment imaginer que demain, des parcelles d’agriculture biologique ou de productions sous signes officiels de qualité dans le cadre d’une contamination pourront assurer leur production sachant que la durée de décontamination d’une parcelle met des années avant de retrouver sa vocation première ?

Les Français ’en veulent pas !
70% des consommateurs demandent une alimentation sans OGM.
66% des agriculteurs affirment que les cultures OGM ne sont pas nécessaires pour répondre à la demande de produits agricoles.
54% des agriculteurs estiment qu’elles représentent un vrai danger pour les filières de qualité.

Le refus de la Droite d’adopter l’amendement déposé par le député du Puy de Dôme André Chassaigne pour protéger les productions de qualité, le passage aux forceps du texte dans sa rédaction la plus favorable aux intérêts des Semenciers, sont autant de signes que pour la Droite, “OGM” signifie avant tout “Obéissance au Groupe Monsanto”.

Nos collectivités locales peuvent lutter contre l’utilisation des OGM. La Région Limousin s’est, semble-t-il, dotée de moyens ?

En effet, nous avons, dans le cadre des aides régionales aux investissements, exclus de notre dispositif tout agriculteur qui se livrerait à des cultures OGM plein champ. Nous avons de plus instauré une bonification d’aides pour celui qui garantira s’approvisionner en alimentation animale non OGM.

Contact

Nous envoyer un message

En cours d’envoi

©2019 Fédération de la Corrèze du Parti Socialiste

Social Widgets powered by AB-WebLog.com.

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?